Alicyne : « Je veux être un doliprane et un panadol pour ceux qui m'écoutent ! »

"Sound Of Heaven" est le titre du premier single solo que nous propose Alicyne. Entre musique et droit, rires et spontanéité, Alicyne c'est faite connaitre et repérer sur les réseaux sociaux, par le biais des covers qu'elle proposait mais aussi de ses vidéos humoristiques sous forme de réels. Sur sa page instagram, c'est good vibes only ! On passe un bon moment et surtout on ne s'ennuie pas ! Aujourd'hui, elle revient avec une identité sonore bien à elle. Et a pour objectif principal de revenir aux sources avec un son inspiré du Saint-Esprit.

Présente-toi en quelques mots.

Je m'appelle Maïssa Karaki Alicyne, j'ai 21 ans et actuellement je suis étudiante en droit à Toulouse dans le but d'obtenir un diplôme. J'estime qu'il est bien de faire de la musique. Mais, il faut aussi des bases solides dans le cadre des études pour pouvoir continuer, donc je combine les deux.

Tu fais du droit, c'est une matière qui demande beaucoup d'investissement. Comment est-ce que tu t'organises au quotidien pour tout gérer ? Les études, la musique, les projets …

Oui le droit est une filière qui demande beaucoup d'efforts. Les cours sont intenses et kilométriques. Mais tout est une question d'organisation, et en ce qui me concerne je ne suis pas vraiment toute seule. Mes manageuses m'aident beaucoup par rapport à ça, de manière à ce que je ne sois pas surchargée.

Depuis combien de temps, est-ce que tu fais de la musique ?

Je chante depuis que je suis toute petite, c'est en admirant d'autres artistes que j'ai appris, je n'ai pas eu besoin de prendre des cours de chant. J'ai toujours rêvé de faire carrière et c'est par défi que je me suis lancé sur les réseaux sociaux. Je sortais mes propres compositions de façon amateur, et finalement je ne me suis plus jamais arrêté. Cela fait maintenant 2-3 ans que je crée du contenu et c'est comme ça que j'ai fini par être repérée par Fast Food Music Christ.

Tu chantes en anglais, en arabe aussi parfois, c'est un vrai plus pour une artiste de ton registre car très peu le font. Je pense notamment au profil de l'artiste belge Amanda Malela, qui est multiculturelle et qui chante en français, en anglais, en lingala et en tshiluba.

De base, j'aime beaucoup la langue et la culture anglaise. Il faut savoir que quand j'ai commencé la musique, j'écrivais naturellement en anglais. C'est de cette façon la, que je m'entrainais à pratiquer la langue. Ce qui fait qu'aujourd'hui j'ai énormément de facilité, à chanter et écrire en anglais et en français. Le gospel anglais, la soul et le negro-spiritual sont des genres musicaux qui m'ont vraiment bercés et qui m'influencent toujours jusqu'à présent. J'essaie de me diversifier au maximum, car j'ai des origines arabes et c'est un plaisir pour moi de pouvoir pousser davantage. Et pourquoi pas, chanter en arabe, en espagnol, en hébreu.

Tu te développes seule même au niveau de ta voix ?

Oui, je ne prends pas de cours, j'apprends toute seule sur le terrain. Et pour m'entrainer je chante seule dans mon coin, j'écoute au maximum pour pouvoir m'améliorer. Par la grâce du Seigneur, j'ai la chance d'avoir cette oreille musicale, du coup je sais quand quelque chose sonne mal. La particularité que nous avons aujourd'hui, c'est que la technologie a évolué, du coup on est pas forcément obligé d'aller dans des écoles de musique ou il faut parfois énormément dépenser. Déjà sur YouTube, il y a énormément d'astuces. Il y a aussi des gens qui te donnent des cours gratuits et qui te motivent avec leurs vidéos.

Tu es bien entourée, tu as des managers, tu fais partie d'un collectif. Quel est ton ressenti face au monde qui t'entoure.

Je savais que je voulais faire de la musique, mais pour être honnête je ne savais pas comment. Au départ, je n'avais pas la pensée d'avoir une équipe, je me disais juste : "Alicyne fonce et Seigneur guide-moi !" C'est par la suite que j'ai rencontré Alpharelle, qui s'est proposé pour être ma manageuse. Et après il y a eu Noémie qui a rejoint mon équipe.

Parfois, c'est bien d'être indépendant mais si je me base sur le modèle de l'église ce qui prime c'est la communion. On ne peut jamais avancer tout seul. Et l'une des choses qui font ma force aujourd'hui, c'est que j'ai une équipe, qui m'aide à avancer, qui m'aide à booster mon image et qui peut me dire quand les choses sont bonnes ou mauvaises. J'avais besoin d'une équipe, pour passer à une autre étape.

Ton église locale participe t-elle également au développement de ta carrière ?

Oui totalement, je fais partie de l'église chapelle de vie mondiale, qui est sous la direction de l'Archevêque Cornelus Jean Grégoire Meba. Et dont la vision, est la restauration des vrais principes bibliques pour une foi authentique. Et je reçois énormément de soutien de sa part ainsi que de mes frères et mes sœurs.

Parle nous du processus créatif que tu utilises pour réaliser ta musique ?

La plupart du temps quand j'écris, c'est pendant mes temps de prière. Et pour l'ensemble du processus créatif, c'est vraiment le Seigneur qui me guide. Que ce soit pour l'écriture, les paroles, la mélodie, ou encore la visualisation du son. Si je te dis que tout vient de moi c'est faux, parce que parfois j'ai vraiment rien du tout. Mais je dis : "Seigneur pardon, donne-moi un truc !" et ça vient.

Dans quel état d'esprit es-tu pour la sortie de "Sound Of Heaven" ? Tu ne cumules pas trop de stress ?

Je dirais excitée, et le coté stress c'est parce que tu veux que tout soit parfait. Tu veux le meilleur donc tu as forcément cette petite angoisse. Mais je pense que Yahvé est au contrôle, donc ça ira !

Qu'elle est le message que tu veux transmettre au travers de ce premier single solo ?

L'idée était d'aller chercher une mélodie qui touche le cœur de Yahvé et qui emmène la manifestation de son royaume et de sa présence la où l'auditeur se trouve. Ce n'est pas une tache facile, ce n'est pas genre tu te lèves un matin et puis tu as la mélodie qu'il te faut. J'ai mis un an avant d'avoir le son en question.

Qu'elle est la cible de ta musique ?

Même si mon public de base est composé de croyants, les réalités du royaume ne sont pas réservées uniquement aux croyants. Si Yahvé veut se manifester dans ta vie en tant que païen, il va le faire. Donc, je crois que ce sera la même dimension pour ma musique. Autant, elle touchera les croyants, autant elle pourra toucher un musulman, un bouddhiste, un païen.

Ton single annonce t-il un plus gros projet comme un EP.

Je garde la surprise.

Le titre du single est en anglais, le son le sera également ?

Le son sera disponible en anglais et en français. Je veux toucher les deux communautés.

On peut voir sur ta page insta que tu es très drôle, les vidéos humoristiques que tu fais sont-elles liées à ta personnalité ou c'était plutôt un step stratégique ? Une manière de créer du lien avec les gens par le rire.

C'est quelque chose de purement spontanée et personnelle. Pourquoi, parce que premièrement je suis vraiment comme ça au quotidien. Et deuxièmement, c'était une manière d'être plus naturelle, parce que sur les réseaux sociaux on a tendance à montrer une certaine image. Mais moi, je ne veux pas me donner une image qui n'est pas la mienne. J'aimerai que mes auditeurs se disent que cette fille chante, cette fille peut-être sérieuse, cette fille peut servir le Seigneur. Mais il y a une part de joie, et de bonne humeur, dont les gens ont besoin.

Des fois ils ont juste besoin de te voir décompresser. Et moi ça ne me dérange pas, car je veux être ton panadol, je veux être ton doliprane (Rires) ! Et je ne peux pas arrêter, parce que c'est aussi un contenu qui a attiré pas mal de personnes vers moi. Tu as des personnes qui ne croyaient pas, qui venaient me parler juste à cause de cela. Ils me disaient : "On voit comment tu es ! Qu'est-ce qui fais ta joie, qu'est-ce qui te rends comme ça ? " "Au fond de moi je me suis toujours dit, c'est le Seigneur, et c'est un moyen d'évangélisation ! Ces personnes-la sont d'abord attirées par des grands rires mais en scrollant sur mon contenu, ils suivent mon message donc non je ne peux jamais arrêter ça.

Quels sont tes loisirs en dehors de la musique ?

Il y a la peinture, le sport notamment le basket et le tennis. J'aime aussi manger et cuisiner. Et pour finir je dirai que j'aime rire et exécuter des jeux de rôle. D'ailleurs, tu peux retrouver mes débuts en tant qu'actrice sur la chaîne YouTube Tapac Youth Production.















Posts récents

Voir tout